LE REGARD DE SILENCE ÉPHÉMÈRE PRÉSENTE

INTERVIEW AVEC MANDARINA

Interview avec Mandarina



Rencontre avec un duo Franco-Colombien : Mandarina, où la douceur et le sublime s'épousent dans des musiques séduisantes.




« CETTE PREMIÈRE RENCONTRE A ÉTÉ UN COUP DE FOUDRE AMICALE »


Présentez-vous pour nos auditeurs !

Michael : « Nous sommes Mandarina, nous sommes un duo Franco-Colombien composé de Paola »

Paola : « Et de Michael »

Michael : « Paola chante et je joue divers claviers »


Comment vous vous êtes rencontrés et qu’est ce qui vous a donné envie de monter ce groupe ?

Michael : « C’est un peu un hasard, on a des amis en commun qui ont fait un pique-nique au Canal Saint-Martin. Paola jouait de l’accordéon et chantait. À ce moment là, on s’est bien entendu, on a commencé à travailler ensemble, mais pas dans l’idée d’un projet. Je suis ingénieur du son de métier et j’ai remixé les sons qui nous avions fait, on les aimait bien. Par la suite, Mandarina est devenu une évidence.

Paola : « Cette première rencontre, a été un coup de foudre amicale ! (rire) »




Le nom de votre groupe : Mandarina a-t-il une signification particulière à vos yeux ?

Paola : « Mandarina est le nom d’une de nos premières chansons où l’on a trouvé quelque chose qui nous intéressait. Ce titre est devenu notre nom. Le fruit Mandarina est sucré, exotique et ça nous correspond bien. (rire) »

Michael : « C’est le symbole du bien-être et de bien vivre. »




« À LA FOIS SUCRÉ ET EXOTIQUE »



Parlez nous de votre musique et de ce qui vous inspire ?

Michael : « Nous avons tous les deux des influences différentes, mais nous avons quelque chose qui nous rejoins : nous sommes tous les deux influencés par les artistes des années 60/70 et Paola à une culture Folk-Latine. »

Paola : « Oui ! Mes influences sont bien plus traditionnelles de l’Amérique Latine et de la musique traditionnelle Colombienne avec Chavela Vargas, Mercedes Sosa et Totó La Momposina. La musique que j’écris est inspirée par les choses qui se passe autour de moi, que je vie ou des histoires qui me touche. »


Michael : « Pour mes influences, je suis plus musique soul américaines avec Stevie Wonder. Et en même temps ! La musique électronique plus moderne française avec Air, élément central de notre inspiration commune. Je suis avant tout fan de musique dès que j’étends quelque chose qui plaît, ça m’inspire ! »



Quel est votre univers artistique ?

Paola : « À la base, je suis comédienne, donc j’ai un univers un peu fort sur scène (rire).

Michael : « Notre style visuel est lié à la couleur, au fruit : à la fois sucré et nostalgique. C’est notre univers musical et visuel. On aime bien le côté onirique. Par exemple pour « No Soy de Aqui », on ne voulait pas qu’il ait une histoire trop évidente, plutôt des tableaux et le jeu avec les lumières. »



En trois mots, décrivez Mandarina

Paola : « Exotique, parce qu’il y a la rencontre de nos cultures. On est uni et on fait quelque chose de différent, de nouveau.

Paola : « Onirique, parce que la texture musicale est irréelle, le but est de nous faire

rêver »

Michael : « La sensualité vient automatiquement avec Paola. (rire de Paola) On dit qu’elle est sensuelle (rire de Michael), si on avait envie de faire quelque chose de froid, on ne pourrait pas ! » (rire du duo)




« JE L’AI ÉCRITE POUR UN AMI QUI EST DÉCÉDÉ »



Qu’est ce qui vous attire dans le fait de faire une carrière musicale ?

Paola : « Je me sens rattachée à la musique. J’ai eu des propositions pour faire une autre carrière, plus sécurisé. Mais je ne peux pas faire autre chose, c’est vraiment ma passion (rire)

Michael : « C’était destiné, à quatre ans j’avais dit à mes parents que je voulais faire de la musique ! »



Aujourd’hui, vous avez sorti trois singles « No Soy de Aqui », « Miel » et « Tayrona », trois points de vue différents sur votre musique. Entre ballade, pop et electro, vous vous ouvrez au fur et à mesure de vos chansons dans un contexte doux et captivant ! C’est le moment d’éclore une nouvelle fois pour notre magazine en nous racontant les trois points de vue abordés dans ses morceaux.

Paola : « Miel est un morceau à propos de la mère, c’est un hommage.

"Tayrona", est une chanson qui nous parle beaucoup avec Michael, je l’ai écrite pour un ami qui est décédé, c’est le fait de dire « au revoir ». C’est l’acception de l’au revoir. Elle est très intéressante au niveau musicale puisqu’au début, la première version était plus electro, avec pas mal de synthés. Au fur et à mesure, Michael a proposé une ambiance plus minimaliste. On a beaucoup aimé puisque ça mettait en valeur les émotions qu’on voulait transmettre.

Pour No Soy de Aqui, c’est un morceau qui parle plus quand tu es loin de chez toi et que tu dois t’adapter. J’utilise mes histoires personnelles pour écrire mes paroles."


Michael : « "Tayrona" est le premier extrait de notre EP qui sortira en juin. On est hyper heureux de l'évolution qu'on va montrer avec cet EP. On a gagné beaucoup de confiance en nous en tant qu'interprètes et instrumentistes en nous produisant sur scène et les quatre morceaux de l'EP en témoigne. Ils sont plus "live" justement et plus libres que "No Soy de Aquí" et "Miel".»



Que voudriez-vous transmettre au public par le biais de votre musique ?

Paola : « Pour moi, les paroles sont importantes, on peut écrire de tous ! Tous peut être inspirant, de notre propre histoire ou les histoires des autres, les thèmes d’actualité. Ca ne m’intéresse pas d’écrire « il faut penser comme ça », non, ce qui est beau dans la musique, c’est que tu écris quelque chose et après chacun fait son impétration.

Michael : « Pour moi, le plus important c'est de transmettre avec les harmonies et le son, un sentiment de liberté, proposer une musique moins rigide que celle qu'on entend le plus souvent à la radio en ce moment et que les auditeurs ressentent le plaisir qu'on a de jouer cette musique, même lorsqu'elle est mélancolique et même quand elle parle de choses qui nous font souffrir. D'un point de vue plus personnel, dans l'EP, je m'ouvre aussi au travers des textes. À présent, Pao et moi écrivons beaucoup ensemble et c'est un plaisir de partager avec elle la charge émotionnelle des textes. »



À VOIR AUSSI

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

© 2020 by Silence Éphémère